Mère et Enfant

Article non sponsorisé

Editorial : du droit des hommes d’aimer les femmes

Un pareil titre fera bondir plus d’une Néo-féministe, enfin, je l’espère ! De plus, ces quelques lignes émanent d’un homme de 57 ans, blanc et hétéro dont l’âge, la couleur de la peau et l’orientation sexuelle en font une cible parfaite pour les adeptes de l’Eveillisme.

Si les courbes des femmes passionnent les hommes, et plus particulièrement les peintres, les modeleurs et les sculpteurs, ils n’ont pas à se justifier pour autant. Les femmes nous fascinent depuis la nuit des temps, c’est ainsi.

Lorsque je mentionne les courbes féminines, celles qui viennent à l’esprit sont les fesses, les hanches, la poitrine, les épaules, les cuisses. Mais il est une courbe plus féminine que toutes autres, celle d’un ventre qui abrite la vie.

Les Néo-féministes souhaitent déconstruite l’homme. Bon courage ! En déconstruisant l’homme, la femme le serait tout autant. Sur mon blog, je ne déconstruis pas, je consolide ! Je consolide une idée de la femme qui a fasciné les contemporains de la Vénus de Lespugue et aussi le sculpteur du buste de Néfertiti. La femme est fascinante, elle est le Yin sans qui le Yang n’est rien.

Mère et Enfant 002 : un tableau de LE Xiao Long

En poursuivant, vous découvrirez ci-dessous un tableau, un « Mère et Enfant » que j’ai peint en 2006.

Seule l’émotion compte à mes yeux, les explications qui suivent ne sont présentes que pour discuter avec vous qui passez par là.

Mère et Enfant 002 – LE Xiao Long (signé Le Chevoir) – Acrylique – 81 x 60 cm – 20006

Nous sommes presque devant un tableau monochrome et la couleur principale est une couleur froide qui contraste a priori avec le thème, un Mère et Enfant au contact charnel.

A l’exception des deux baguettes qui tiennent le chignon, tous les autres détails et contours sont des courbes dont certaines semblent former l’amorce de cercles que nous pourrions interpréter comme un rappel des courbes d’une femme enceinte. Ici, le câlin Mère Enfant est fusionnel, la jonction des corps est peu marquée.

Ces deux êtres semblent flotter quelque part car ils sont traités comme notre satellite naturel un soir de pleine Lune. Leur couleur paraît moins froide a posteriori car réunis, ils nous éclairent et nous sortent des ténèbres. Ici, je n’invente rien en affirmant que la Lune et la Femme sont liés par les mois séléniques.

Voilà, je vous ai donné quelques pistes, libre à vous d’interpréter ce tableau comme vous le souhaitez. Certains verrons dans le rouge du visage de l’Enfant la chaleur due au contact de l’épaule de sa Mère, d’autres penseront à la couleur du Soleil, élément mâle, élément Yang qui nous donnerait une indication quant au sexe de l’Enfant. Peu importe, laissez parler votre sensibilité ! Et vive les courbes des Femmes !

LE Xiao Long (樂小龍)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :