Les chevaux célestes – Jacques PIMPANEAU

Paysage chinois - Zhang Qian

Zhang Qian 張騫 est ressuscité par Jacques PIMPANEAU dans son ouvrage « Les chevaux célestes – L’histoire du Chinois qui découvrit l’Occident » .

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Référence bibliographique

PIMPANEAU Jacques, (2011) 2015, LES CHEVAUX CELESTES – l’histoire du Chinois qui découvrit l’Occident, Editions Philippe Picquier, Arles, 140 pages.


Auteur

Jacques PIMPANEAU

(1934-2021)

Domaine

Histoire de la Chine


Article non sponsorisé

Année 2022

livresquejaime.fr

Accueil » Asie » Chine » Les chevaux célestes – Jacques PIMPANEAU

Editorial : du poids de la liberté

Dragon chinois

« Il ne serait pas un peu léger votre ‘Pipaneau’ ? » .

Malgré l’erreur de prononciation, je compris que cette question mettait en cause Jacques PIMPANEAU. Je fus fort surpris d’une telle attaque provenant de mon Directeur d’études François SIGAUT. Cela ne lui ressemblait aucunement !

Non, rétorquai-je. Il ne rentre pas dans les cases mais sa liberté ne doit pas être confondue avec de la légèreté.

Ma réponse suffit à soulever les doutes. Je venais de présenter à François le premier jet d’un mémoire. La Chine n’étant pas sa tasse de thé contrairement aux techniques sous la lorgnette de l’ethnologie, il avait certainement demandé à une personne spécialisée sur l’Empire du Milieu d’en lire quelques passages. J’étais conscient que cette attaque venait d’ailleurs. La jalousie du sachant se définie par le delta qui existe entre l’érudit qu’il dénigre et lui-même. Était-il inconvenant de citer Jacques PIMPANEAU à l’EHESS de Paris dans les années 1990 ?

Tigre chinois

Près d’un quart de siècle s’est écoulé au moment où j’écris cet éditorial mais cette question résonne encore et encore. Soulignons que le monde de la recherche est un monde étrange qui ressemble parfois à une jungle endimanchée mais cruelle où les sourires assassins et faux côtoient des rites bien établis avec des relents de rivalité de clocher.

Faites un pas de côté et vous voilà catalogué ! Alors qu’advient-il à celui qui ne cesse de marcher sur un sentier loin des routes bien tracées et balisées ?

Au revoir Monsieur PIMPANEAU

Trois bâtons d'encens à l'attention de Jacques PIMPANEAU, l'auteur de "Les chevaux  célestes".

Dans l’éditorial « Poussière de souvenirs et chaussons chinois » écrit le 15 octobre 2021, j’ai présenté Jacques PIMPANEAU à la lumière de mes souvenirs lointains. En bouclant l’édito et l’article qui suit, je suis allé chercher sa date de naissance sur Internet afin de la faire figurer en haut de cette page dans l’encart gris qui accompagne les articles depuis la nouvelle année 2022. Malheureusement, entre la présentation de Lettre à une jeune fille qui voudrait partir en Chine et Les chevaux célestes dont je vous conseille la lecture aujourd’hui, Jacques PIMPANEAU nous a quitté le 21 novembre 2021.

Aux plus jeunes, aux étudiants, je leur conseille vivement de s’intéresser à ses travaux, particulièrement à ceux liés à la traduction. Jacques PIMPANEAU a une conception très intéressante de la version (traduction du chinois vers le français). N’hésitez pas à puiser dans ses ouvrages. Marchez sur l’herbe auprès de lui à l’écart des routes, coupez à travers champs et votre chemin sera des plus fertiles. L’homme est mort mais le professeur reste vivant.

Marionnettes asiatiques
Marionnettes asiatiques ombre et lumière.

Dans un autre article récent, je déclarai que Eric ZEMMOUR écrivait bien mais n’avait pas le talent de Marcel MAUSS ou de Edouard CHAVANNES, mes deux auteurs préférés.

Aujourd’hui, j’ajoute un troisième nom à ma toute petite liste : Jacques PIMPANEAU ! Les photos qui accompagnent cet édito ne sont pas légendées sciemment. Les hommages sont destinés à l’érudit qui nous manquera et non aux lecteurs.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

L’histoire du Chinois qui découvrit l’Occident

Comme à l’accoutumée, j’essaierai de vous donner envie de découvrir ce livre tout en préservant son contenu.

Paysage chinois - Zhang Qian

« Les chevaux célestes » : un livre à déguster !

Le sous-titre de l’ouvrage est plus parlant : « L’histoire du Chinois qui découvrit d’Occident » et dénote de la touche hypothétiquement poétique du titre « Les chevaux célestes » . Si le titre principal vous attire, ne laissez pas le sous-titre vous en écarter.

Il s’agit d’Histoire mais ce livre s’éloigne des manuels historiques de par sa forme et son style. C’est à travers la vie d’un homme nommé Zhang Qian que vous découvrirez la Chine et les royaumes qui l’entouraient entre le IIème et Ier siècle avant Jésus-Christ.

Le tour de force de Jacques PIMPANEAU est de donner vie à cette histoire ancienne extraite des Mémoires historiques de Sima Qian en ressuscitant Zhang Qian le temps d’une autobiographie vivante et émouvante. L’exercice est si réussi qu’il vous sera impossible de relâcher la lecture avant la dernière page. Ne passez surtout pas à côté de la postface.

Evitez de lire la quatrième de couverture qui, à mon goût, en dévoile un peu trop. Ouvrez ce livre sans préjugé, laissez-vous guider par Zhang Qian, ce vieillard qui raconte sa vie et ses voyages. Tendez l’oreille, vous entendrez le son de sa voix.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

A qui s’adresse le livre de Jacques PIMPANEAU « Les chevaux célestes » ?

Enfant, j’aurais été ravi que ma mère me lise ce livre avant de m’endormir ! J’aurai tremblé pour Zhang Qian (張騫) à chaque fois que sa vie était en danger mais j’aurais eu la tête emplie de paysages inconnus, de cavaliers féroces et d’aventures.

Si mes goûts littéraires pour les enfants sont étranges, peut-être m’accorderez-vous que ce livre s’adresse aux plus jeunes d’entre nous : vous venez d’avoir 18 ans et sur un mur une affiche attire votre attention. On cherche un homme pour parcourir le monde afin de mieux le connaître et transmettre un message. Personne n’ose répondre à l’annonce car il est dit que plus vous vous éloignez de votre royaume, plus les dangers sont grands. Du haut de vos 18 années, vous vous présentez comme candidat potentiel : vous êtes de la trempe de Zhang Qian !

Naturellement, « Les chevaux célestes » ne sont pas réservés à la jeunesse mais j’insiste sur les transmissions dès les premières années surtout lorsque les relais peuvent aider à comprendre la vie et à en éviter les écueils.

Un livre pour les diplomates, les ethnologues, les étudiants et les politiciens

Aux hommes politiques et aux diplomates, je conseillerais la lecture de cet ouvrage qui éclairerait leurs décisions et leurs actes ! Plus de 2000 ans nous séparent de Zhang Qian mais ses paroles semblent si proches.

Aux ethnologues, je leur dirais : apprenez de son expérience ! Zhang Qian était certainement l’un des vôtres sans le savoir. Ses réflexions sur les Autres, les barbares, les sauvages etc. sont loin d’être archaïques. Quant à la notion de Culture qu’il aborde au sujet de la Chine, je ne peux que vous conseiller de vous y pencher.

Aux étudiants de langue et de civilisation chinoises, il serait dommageable de passer à côté de l’histoire de Zhang Qian. Cette traduction en français de Sima Qian prend le relais de celle commencée par Edouard CHAVANNES à propos des Mémoires Historiques. Elle éclairera le règne de l’empereur Wu di sous les Han antérieurs.

Jacques PIMPANEAU a réussi une prouesse en donnant la parole à Zhang Qian. J’espère avoir suscité en vous l’envie de découvrir pleinement « Les chevaux célestes – L’histoire du Chinois qui découvrit l’Occident » .

Une fois le livre terminé, j’avais hâte d’être au lendemain et de me retrouver au milieu de mes chèvres, de mes arbres et de mes légumes ! En fait, j’avais hâte de pensez à Zhang Qian ressuscité par Jacques PIMPANEAU au milieu d’un cadre champêtre. Vous comprendrez…

Merci à l’Erudit.

Patrick LE CHEVOIR


Droits d’auteur : tous droits réservés.

Publié par LE Xiao Long - Patrick Le Chevoir - 樂小龍

Rédacteur de livresquejaime.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :