Taïwan et George PSALMANAZAR

Taiwan et George Psalmanazar : étude des cartes et des illustrations.

PSALMANAZAR l’imposteur a illustré son livre sur Formose. Mais où a-t-il puisé son inspiration ? Essayons d’en retrouver les sources ! Quant à Gadavia et Kaboshi, arriverons-nous à dévoiler le mystère de ces deux dénominations synonymes de Taïwan selon le mythomane du XVIIIe siècle ?

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Référence bibliographique

LE CHEVOIR Patrick, 2022, Les illustrations trouvées dans le livre de George PSALMANAZAR, in livresquejaime.fr


Auteur

Patrick LE CHEVOIR (1964)

Domaines

Taïwan


Article non sponsorisé

Année 2022

livresquejaime.fr

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Temps de lecture estimé : 34 minutes

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Chapitre IV

Les illustrations sur Taïwan trouvées dans le livre de George PSALMANAZAR

Nous n’oublions pas l’un des objectifs que nous nous sommes fixés à la fin de chapitre II, à savoir retrouver les sources dans lesquelles a puisé George PSALMANAZAR, l’escroc qui se fit passer pour un Formosan au début du XVIIIème siècle.

Nous analyserons son livre imaginaire sur Formose en mettant l’accent sur les illustrations choisies pour en agrémenter les pages.

Au gré des siècles, l’orthographe du pseudonyme du Provençal mythomane a subi quelques modifications. Nous avons choisi d’utiliser la forme actuelle qui comporte deux voyelles en moins. A l’origine le pseudonyme de l’imposteur était George PSALMANAAZAAR.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

La genèse d’une illustration mensongère: le Tabernacle

Intéressons-nous brièvement à l’illustration de l’Autel et du Tabernacle que nous trouvons dans le livre de George PSALMANAZAR.

Le tabernacle inventé par PSALMANAZAR.
Vue intérieure du Temple de l’Autel et du Tabernacle selon George PSALMANAZAR, illustration disponible sur gallica.bnf.fr

Nous pourrions nous demander quelle est la genèse de cette illustration mensongère ? A notre avis, il s’agit d’une invention liée à une illustration plus ancienne datant 1676 que nous trouvons à l’intérieur du livre de Frederik COYETT intitulé « t verwaerloosde Formosa » (Formose négligée).

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

De Camille IMBAULT-HUART à Frederik COYETT

Deux siècles plus tard, Camille IMBAULT-HUART utilise le même dessin que celui de l’ouvrage de Frederik COYETT pour son livre « L’île Formose : histoire et description » (p. 41). Nous avons donc la possibilité de le comparer à l’illustration trouvée les pages de l’inventif George PSALMANAZAR.

Tabernacle et Temple protestant à Sakkam au temps des Hollandais dont la ressemblance avec l'illustration de George PSALMANAZAR est assez frappante.
Illustration utilisée par Camille IMBAULT-HUART en 1893 mais provenant de l’ouvrage de Frederik COYETT datant de 1676. Disponible sur gallica.bnf.fr.

Certes, il existe des différences entre les deux Tabernacles mais en examinant l’image entière que nous découvrirons ci-dessous, nous avancerons une hypothèse qui nous semble justifiée concernant le culte des bovins.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Du culte imaginaire dédié aux bovins

Notre hypothèse ne repose pas que sur la ressemblance du tabernacle. En regardant l’illustration hollandaise du XVIIe siècle dans son entier, nous apercevons des motifs animaliers représentant des têtes de cervidés et de bovidés.

Temple protestant à Sakkam - Saccam - Tainan - Taiwan
Recueil des documents originaux utilisés pour l’illustration de L’Île Formose de Camille IMBAULT-HUART envoyé par Henri CORDIER à la Bibliothèque Nationale de France le 5 avril 1893 – disponible sur gallica.bnf.fr.

Or, dans l’ouvrage de George PSALMANAZAR « Description dressée sur les mémoires du sieur George Psalmanaazaar » , traduction française de 1739, nous retrouvons cinq illustrations liées à un culte imaginaire dédié à une vache ou à un bœuf le plus souvent associé à un soleil et à une lune.

Un culte imaginaire du soleil, de la vache et de la lune à Taiwan selon George PSALMANAZAR.
Un culte imaginé par George PSALMANAZAR lié au soleil, à une vache et à la lune. Image disponible sur gallica.bnf.fr.

Nous retrouvons également ces images dans l’édition originale de 1704 « An Historical and Geographical Description of Formosa, an Island subject to the Emperor of Japan » . L’imagination féconde du faussaire nous offre même des exemples d’une monnaie fantaisiste de Formose où nous retrouvons le bovidé.

Monnaie imaginaire de Taiwan - George Psalmanazar
Monnaie de Formose imaginée par George Psalmanazar – Image disponible sur books.google.fr en cliquant sur l’image.

Si notre hypothèse s’avère exacte, nous devrions comprendre pourquoi George PSALMANAZAR s’est inspiré de cette illustration pour son ouvrage sur Taïwan.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Un temple protestant à Sakkan

Nous attirons l’attention sur le fait que Camille IMBAULT-HUART signale que le dessin représentant un temple à Taïwan est en fait un « temple protestant à Sakkam au temps des Hollandais » [IMBAULT-HUART Camille 1893 : 41]

En consultant l’édition hollandaise de « Formose négligée » de 1676, nous trouvons enfin l’illustration originale et la confirmation du lieu avec une autre graphie : Saccam.

Temple de Saccam.
Temple à Saccam (Sakkam) du temps des Hollandais au XVIIe siècle. Image disponible sur books.google.fr en cliquant sur l’image.

Depuis les trois premiers chapitres sur Taïwan et ses noms à travers l’Histoire, nous sommes confrontés à une difficulté récurrente, à savoir celle liée aux toponymes anciens qui n’ont pas survécu jusqu’à nos jours. Nous devons maintenant nous intéresser à ce lieu nommé Sakkam afin de pouvoir le situer dans l’espace et le temps.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Sakkam à travers la littérature historique

« L’île Formose : histoire et description » de Camille IMBAULT-HUART nous éclaire sur le village de Sakkam :

« Sur la côte de l’île [Formose], vis-à-vis de l’îlot T’aï-ouan, était le village de Sakkam (Tch’e-kan des Chinois), non loin d’une rivière venant déboucher dans la rade, qui pouvait renfermer une centaine de maisons. » [Camille IMBAULT-HUART Camille 1893 : 22] (lire l’extrait sur gallica.bnf.fr)

A la page suivante, dans la note de bas de page n°1, IMBAULT-HUART précise que « le village de Sakkam, agrandi, est devenu la ville de T’aï-ouan-fou […] » , c’est-à-dire l’actuelle ville de Tainan.

Dix années plus tard, en 1903, James Wheeler DAVIDSON précise dans son livre « The Island of Formosa, Past and Present » que ce toponyme provient de la tribu des Sakkam qui n’étaient autres que les aborigènes vivant non loin de Fort Zelendia. [DAVIDSON James Wheeler 1903 : 14]

La tribu des Pakkam à Taïwan éponyme de la ville de Pakkam.
Extrait du livre de DAVIDSON James Wheeler « The Island of Formosa, Past and Present » , page 14. Ouvrage disponible sur books.google.pl
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Le cas de Sakkam et les transcriptions occidentales

Dans le premier chapitre de cette étude sur Taïwan, nous avions mis en relief la difficulté de retranscrire la langue chinoise dans les textes occidentaux. Avec l’exemple de Sakkam nous nous confrontons au même problème bien qu’il s’agisse ici d’une langue aborigène de l’île de Formose.

Dans le volume 19 du « Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland » , l’article XIV « Formosa Notes on MSS., Races and Languages » , Albert Etienne Jean Baptiste TERRIEN DE LACOUPERIE nous donne une liste considérable des différentes graphies occidentales concernant Sakkam qu’il nomme Sinkam : « […] Sinkkam, Cinckon, Sincam, Siccam, Sicam, Zijkam, Sekam, Sakam, Sakkan, Sakkam. » [TERRIEN DE LACOUPERIE Albert 1877 : 468] de Volume 19 : 413 468. Cet article est consultable sur books.google.pl.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Histoire de la ville de Sakkam

L’histoire de la ville de Sakkam est liée à celle du Fort Provintia qui fut la seconde forteresse construite par les Hollandais près de l’îlot où ils avaient établi Fort Zeelandia. Sans trop approfondir les différents toponymes du village devenu ville de Sakkam, nous terminerons par une citation de Camille IMBAULT-HUART extraite d’un article publié dans le « Bulletin de géographie historique et descriptive » de 1890. Il s’agit de l’article « Histoire de la conquête de Formose par les Chinois » traduit du chinois et annoté par l’auteur.

A propos de la ville de Tch’e-kan, une autre graphie du : « […] Sakkam des relations et cartes hollandaises : c’était à l’origine un village qui s’augmenta peu à peu, devint un bourg, engloba dans ses maisons le Fort Provintia, – bâti autrefois à son entrée, – et constitua au temps de Koxinga une belle ville, la T’aï-ouan-fou de nos jours. » [IMBAULT-HUART Camille 1890 : 136]

Finalement, le Tabernacle de PSALMANAZAR nous a permis de retracer brièvement l’histoire de Taïwan liée à celle des Hollandais. Qu’en sera-t-il des éléphants du faussaire ? Où nous mèneront-ils ?

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

D’où proviennent les éléphants imaginaires de PSALMANAZAR ?

L’imagination débordante du Provençal mythomane affirme la présence d’éléphants à Taïwan bien que les pachydermes n’aient jamais foulé le sol de Formose. Par deux fois, les éléphants imaginaires de PSLAMANAZAR s’offrent au regard du lecteur.

Eléphants imaginaires de George Psalmanazar à Taïwan.
Formose et les éléphants imaginaires de George PSALMANAZAR soulevant une basterne. Image disponible sur gallica.bnf.fr.

Les deux éléphants de l’image ci-dessus sont équipés d’une énorme basterne dans laquelle sont transportés des animaux. Quant à celui de l’illustration du bas, il tire une charrette remplie de bovidés. Dans les deux cas, un homme voyage à trompe d’éléphant.

Notons les formes arrondis des pachydermes dont la morphologie tend vers un croisement entre un rhinocéros et un cochon.

Eléphant imaginaire et Formose de George PSALMANAZAR.
Taïwan et éléphant imaginaire de George PSALMANAZAR. Extrait du dessin intitulé Cérémonies religieuses de Formose – Funérailles ». Illustration consultable sur gallica.bnf.fr

Comme pour le Tabernacle, nous essaierons de comprendre la genèse de ces « éléphants formosans ». Commençons par nous intéresser à la forme des éléphants dans les dessins de l’époque dont les ouvrages parlent de la Chine. C’est-à-dire aux livres du XVIIe voire au tout début du XVIIIe siècle.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

L’éléphant de OGILBY et HOLLAR

L’éléphant ci-dessous provient des illustrations de John OGILBY (1600-1676) et de Wenceslaus HOLLAR (1607-1677) appartenant à l’ouvrage « An embassy from the East-India Company of the United Provinces, to the Grand Tartar Cham Emperor of China : deliver’d by their excellencies Peter de Goyer and Jacob de Keyzer, at his imperial city of Peking, wherein the cities, towns, villages, ports, rivers, &c. in their passages from Canton to Peking, are ingeniously describ’d » . Ce livre fut édité en 1673.

Eléphant de John Ogilby et de W Hollar en comparaison des éléphants de George PSALMANAZAR.
1673 – Illustrations de An Embassy from the East-India Company of the United Provinces to the Grand Tartar Cham, Emperor of China, deliver’d by their excellencies, Peter de Goyer and Jacob de Keyzer, at his imperial city of Peking] / John Ogilby, W. Hollar, grav. ; Joan Ogilby, Johan Nieuhoff, Pieter de Goyer. Seules les illustrations sont disponibles sur gallica.bnf.fr. L’ouvrage dans son entier est consultable sur le site de Stanford University.

Bien que ce pachyderme soit plus ancien que ceux de PSALMANAZAR, sa représentation est plus proche de l’idée que nous avons des éléphants. Notons tout de même la petite oreille en forme de cœur qui se rapproche très peu des oreilles en forme de feuilles de chou défraîchies des deux proboscidiens fictifs de Formose.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Qui trompe qui ?

En feuilletant de nombreux ouvrages sur la Chine et Taïwan à la recherche d’éléphants bien réels ou imaginaires, nous pouvons constater que l’éléphant de HOLLAR et OGILBY est une copie d’une illustration plus ancienne qui date de 1665. En fait l’originale ci-dessous est l’inverse de la copie plus récente.

L'éléphant dans l'ouvrage de Johannes NIEUHOF.
1665 : Extrait du livre intitulé « L’ambassade de la Compagnie orientale des Provinces Unies vers l’empereur de la Chine » de Johannes NIEUHOF, page 94 de la seconde partie. Image et livre consultable sur books.google.pl.
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Copie d’une estampe destinée à l’Empereur de Chine

Peinture d'un éléphant tiré de la collection de l'Empereur de Chine.
Extrait du livre « Collection des animaux de la Chine » . Image et collection entièrement consultable sur gallica.bnf.fr.

Avec ce nouvel éléphant, malgré la légère ressemblance de l’oreille en feuille de chou, nous sommes encore très loin des animaux étranges et imaginaires du faussaire. Ce pachyderme en couleur est-il vraiment contemporain de Georges PSALMANAZAR lorsqu’il publia son ouvrage sur Formose en 1704 ? A priori, cette estampe serait plus récente. En effet, la date de publication n’est pas précise sur le site de la BNF : « 17.. », ce qui peut recouvrir un siècle entier.

Si nous feuilletons les premières pages de ce magnifique livre que je vous invite à découvrir, nous y trouvons un renseignement manuscrit collé à même la page :

Texte manuscrit trouvé dans le livre Collection des animaux de la Chine
Texte manuscrit extrait de « Collection des animaux de la Chine ». Consultable sur gallica.bnf.fr.

En haut à gauche, nous y lisons : « 17. Sbe [Septembre ?] 1797. Reçu de M. Bourgeois missionnaire françois à Pe-king. »

Nous pourrions donc en conclure que PSALMANAZAR n’a pas pu s’inspirer de cette estampe. Mais en examinant l’autre partie du texte, nous ne sommes pas si catégoriques :

« Collection des Animaux de Chine, tirée de celle de l’Empereur et pareille à celle envoyée à M. Bertin il y a une douz. [douzaine ?] d’années. On n’a pas envoyé les animaux imaginaires. Premier Cahier. 120 feuilles peintes. »

Il s’agit donc d’une copie dont l’original pourrait être plus ancien.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

L’énigme morphologique et celle de la basterne

La morphologie des éléphants rondouillards et courts sur pattes de PSALMANAZAR reste une énigme. Nous avions même qualifié ces éléphants d’être « un croisement entre un rhinocéros et un cochon » . Peut-être aurions-nous été plus avisés de souligner la ressemblance avec certaines gravures représentant des vaches marines, nom attribué à l’époque aux hippopotames !

L’image ci-dessous est extraite d’un ouvrage de Guy TACHARD sur le Siam paru en 1685 intitulé « A Relation of the Voyage to Siam » .

Vache marine (hippopotame) qui aurait pu inspirer la morphologie des éléphants de George Psalmanazar.
1685, image extraite du livre de Guy TACHARD « A Relation of the Voyage to Siam » : une vache marine (hippopotame) dont la forme rappelle celle des éléphants imaginaires de George PSALMANAZAR. Image accessible sur books.google.pl.

Quant à la basterne que transportent les deux éléphants, l’imposteur a certainement transposé le rôle des chevaux ou des mules en les remplaçant par deux sympathiques lourdauds exotiques. En effet, nous n’avons trouvé aucune trace de proboscidiens équipés d’une basterne. Seuls les palanquins et les litières semblent être réservés aux éléphants.

Deux chevaux transportant une basterne.
Les basternes semblent réservées aux chevaux et aux mules. Image accessible sur gallica.bnf.fr.
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Les embarcations formosanes imaginées par PSALMANAZAR

Continuons notre recherche sur les illustrations du livre de George PSLAMANAZAR et intéressons-nous aux dessins liés à la navigation. Nous resterons en Asie mais nous nous éloignerons en réalité de Formose.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Les embarcations des versions françaises et de la version originale anglaise

Le balcon du roi et celui d'un grand seigneur selon Psalmanazar.
Edition française de 1705 – Les embarcations de Formose selon l’imposteur PSALMANAZAR. Gravure consultable sur gallica.bnf.fr.

Le bateau village de la version française du livre de Psalmanazar.
Edition française de 1739 – Le bateau village du livre de Psalmanazar. Extrait consultable sur gallica.bnf.fr.

Avant de rechercher les sources d’inspiration de l’imposteur, arrêtons-nous sur les termes employés pour les présenter : « Balcon du Roy » et « Balcon d’un Grand Seigneur » . Dans la version originale anglaise de 1704, nous trouvons les expressions suivantes « The Kings Balcon » , « A Floating Village » et « A Gentlemans Balcon » .

The Kings Balcon (balon ou ballon) : le bateau du roi selon Psalmanazar.
Extrait de la version originale anglaise de 1704 – The Kings Balcon (Le Balon du Roi) de l’ouvrage de Psalmanazar. Gravure consultable sur books.google.pl.
A Gentlemans Balcon : le Balon d'un gentilhomme.
Extrait de la version originale anglaise de 1704 – A Gentlemans Balcon (Le Balon d’un gentilhomme) du livre de Psalmanazar sur Formose. Illustration consultable sur books.google.pl.
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Balcon une épenthèse du terme Balon ?

Notre hypothèse concernant le terme « balcon » pour désigner une embarcation est qu’il s’agit d’une épenthèse du mot « balon » . Il est aussi concevable d’y voir un vieux terme anglais n’ayant plus cours.

Nicolas Charles ROMME (1745-1805) dans son « Dictionnaire de la marine française, avec figures » donne la définition suivante du terme « balon » :

« BALON. ſ. m. Eſpece de bateau qui eſt en uſage à Siam & ſur la côte de Malabar ; barge of ſiam. » [ROMME Nicolas Charles 1792 : 61]

Quant à Auguste Alphonse ÉTIENNE-GALLOIS dans son ouvrage « L’ambassade de Siam au XVIIe siècle » , il précise qu’un « balon ou balan, [est une] légère embarcation formée d’un seul tronc d’arbre. » [ÉTIENNE-GALLOIS Auguste Alphonse 1862 : 22]

C’est donc par un détour par le Siam (Thaïlande) que nous essaierons de comprendre comment PSALMANAZAR a imaginé les embarcations formosanes. L’illustration ci-dessous est intitulée « Ballon du Roy à 120 Rameurs » .

Ballon du Roy à 120 rameurs, embarcation au Siam qui a pu inspirer George Psalmanazar.
1688 – Extrait du livre « A Relation of the Voyage to Siam » de Guy TACHARD. Illustration consultable sur books.google.pl.

Notre hypothèse semble donc se confirmer. De plus, si nous nous penchons sur les motifs floraux des différentes embarcations, nous découvrons un lien de parenté qui nous semble incontestable.

Motifs floraux chez Guy TACHARD

Motifs floraux de l'embarcation nommée ballon au Siam.
Détail des motifs floraux de l’embarcation « ballon » au Siam – Extrait de . Image entière consultable sur books.google.pl.

Motifs floraux chez PSALMANAZAR

Motifs du balon formosan selon Psalmanazar.
Détail des motifs floraux d’une embarcation de Formose selon Psalmanazar. Illustration entière disponible sur books.google.pl.
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Le bateau-village

A propos du « bateau village » , c’est encore grâce à notre voyage au Siam que nous pouvons renforcer notre hypothèse de départ : PSALMANAZAR s’est très certainement inspiré des gravures des embarcations thaïlandaises de son époque pour illustrer son livre sur Formose.

Trois bateaux-villages du Siam
1700-1799 – « Vue de l’embouchure du Menam avec trois feuilles de gravures concernant le royaume de Siam – G. Vander Gucht, sculp. » Source d’inspiration certaine du « bateau-village » de George PSALMANAZAR. La gravure est consultable sur gallica.bnf.fr.

Les trois bateaux-villages ci-dessus proviennent du site Gallica de la BNF. Ils font partie d’un ensemble de quatre pages répertorié sous le titre de « Vue de l’embouchure du Menam [Meinam] avec trois feuilles de gravures concernant le royaume de Siam » .

Finalement, nous retrouvons le livre original duquel sont issues ces illustrations. Il s’agit de « De beschryving van Japan » , un livre en néerlandais de 1729. Certes, l’ouvrage de SPALMANAZAR sur Formose est antérieur (1704) mais nous pouvons imaginer que ce genre de gravures étaient contemporaines de l’imposteur.

L’important était de vérifier que ces bateaux-maisons provenaient bien du Siam. C’est ce que confirme Engelbert KAEMPFER, l’auteur de « De beschryving van Japan » qui nous indique en bas de la page 22 que les embarcations en question servaient d’habitat et qu’elles jouaient un rôle économique via le commerce.

Extrait du livre "De beschryving van Japan" à propos des bateaux-maisons au Siam.
Extrait de l’ouvrage de Engelbert KAEMPFER intitulé « De beschryving van Japan » à propos des bateaux-maisons au Siam – page 22. Texte consultable sur books.google.pl.

Après nous être focalisés sur le Tabernacle, « le culte du bœuf » , les éléphants et les embarcations formosanes, il nous reste à examiner la carte géographique que George PSALMANAZAR a choisie pour documenter son ouvrage sur Taïwan. Notons que nous avons sciemment laissé de côté les illustrations des différents habitants imaginaires de l’île et de leurs vêtements farfelus.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Formose : la carte de l’imposteur

Nous commencerons par examiner la carte de l’édition anglaise, puis celle de l’édition française et nous les comparerons aux cartes disponibles à l’époque de George PSALMANAZAR.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

La carte de l’édition anglaise de 1705

Dans la première édition anglaise de 1704, nous ne trouvons aucune carte de Formose. Elle n’apparaît que dans la réédition de 1705 toujours en langue anglaise.

A map of Formosa, une carte de Formose (Taïwan) trouvée dans l'édition de 1705 de l'ouvrage de George PSALMANAZAR
Carte de Formose trouvée dans l’édition anglaise de 1705 du livre de PSALMANAZAR – Accessible sur books.google.pl.

Selon George PSALMANAZAR, Taïwan serait constituée de cinq îles dont nous verrons les noms plus tard. Pour l’instant, concentrons-nous sur la forme de Formose.

Carte de Taiwan
Extrait de la carte de Formose trouvée dans l’édition de 1705 de l’ouvrage de PSALMANAZAR. Carte accessible sur books.google.pl.
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Formose et la carte de l’édition française de 1705

Carte de Taïwan et du Japon de l'édition française de 1705 du livre de Psalmanazar.
Carte de Formose et du Japon de l’édition française de 1705 du livre de Psalmanazar intitulé « Description de l’île de Formosa en Asie » . Carte accessible sur gallica.bnf.fr.

La carte de l’édition française de 1705 est légèrement différente de celle de l’édition anglaise mais la partie qui nous intéresse est très semblable :

Détail de la carte du Japon se focalisant sur Taiwan (Formose).
Détail de la carte de l’édition française de 1705 se focalisant sur Formose. Carte disponible sur gallica.bnf.fr.
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Les noms des cinq îles selon l’imposteur

Selon PSALMANAZAR, Formose serait constituée de cinq îles dont nous découvrirons les noms des versions française et anglaise dans le tableau ci-dessous. Les toponymes sont classés du Nord au Sud.

Edition françaiseEdition anglaise
Isle des voleurs
Avia de los Ladronos (dans le texte)
Isle of Robers
Avia dos Lardonos ou Isle of Thieves (dans le texte)
Petit PeorkoLittle Peorko
Little Adgy (dans le texte)
Formosa
Kaboski, Gad Avia (dans le texte)
Formosa
Kaboski, Gad Avia (dans le texte)
Grand PeorkoGreat Peorko
Great Gyry (dans le texte)
Isle des VoleursIsle of Robers
Avia dos Lardonos ou Isle of Thieves (dans le texte)
Tableau des différents noms des îles de Taïwan selon George PSALMANAZAR classés du Nord au Sud.

Nous notons certainement une petite erreur entre le « Ladronos » de la version française et le « Lardonos » de la version anglaise mais il ne s’agit que d’une inversion de lettre.

Les cartes nautiques sont constellées « d’îles des voleurs » , nous ne pouvons donc pas affirmer que PSALMANAZAR ait imaginé le nom des deux îles des « Ladronos » . Quant aux autres toponymes, aucune mention antérieure n’est apparue dans nos recherches. Nous pouvons avancer l’hypothèse suivante : Gad Avia et Kaboski sont certainement des inventions du Provençal mythomane qui s’était d’abord fait passé pour un Japonais puis un Formosan au XVIIIe siècle.

Une autre hypothèse que nous formulons est assez hasardeuse. Entrer dans la tête de l’imposteur n’est pas chose aisée. Aurait-il inventé le nom de « Gad Avia » en tombant sur un ouvrage de Giovanni Antonia Avia ? G. A. Davia ? Peut-être ne le saurons nous jamais.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr

Comparaison avec les autres cartes de l’époque

Nous devons remonter le temps, encore plus avant que dans le chapitre III, pour comprendre les « cinq îles » de PSALMANAZAR. Sur le portulan ci-dessous, il nous faut zoomer afin d’apercevoir Formose.

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr
Une carte de Taïwan de 1599
Carte de l'Océan Indien et des mers de Chine où l'on trouver l'île de Taïwan.
1599 : Carte nautique de l’Océan Indien et des mers de Chine où nous trouvons Formose ayant des formes similaires à la carte de Taïwan de George PSALMANAZAR. Portulan accessible sur gallica.bnf.fr.

Si nous nous focalisons sur l’emplacement de Formose, nous découvrons un découpage de l’île correspondant assez à celui présent dans le livre de PSALMANAZAR.

Carte de Formose en 1599 sur un portulan des mers de Chine.
Détail de la carte nautique des mers de Chine de 1599 où nous distinguons Taïwan de manière très découpée. Portulan accessible sur gallica.bnf.fr.

Nous retrouvons bien cinq îles qui sont approximativement les mêmes que celles de la carte du Provençal. Sur ce portulan de 1599, nous distinguons les îles Pescadores et le Tropique du Cancer qui passe bien au-dessus de Penghu 澎湖群島 et traverse l’île peinte en vert. Deux noms nous sont dévoilés : Ile Fermosa et Lequeo Pequno.

Afin de nous remémorer la carte de Formose selon PSALMANAZAR, nous en proposons ci-dessous une autre version disponible à la Bibliothèque Nationale de France :

Carte de Formose (Taïwan)
Détail de la carte identique à celle de l’édition française de l’ouvrage de George PSALMANAZAR. Carte disponible sur gallica.bnf.fr.
livresquejaime.fr
livresquejaime.fr
L’évolution morphologique de Formose avec un portulan de 1649

Pour comprendre pourquoi Formose est si découpée en différentes îles alors que l’île principale n’en forme qu’une seule en réalité, nous nous intéresserons aux portulans anciens et à la forme des estuaires dessinés sur le cartes.

Carte de Taïwan (Formose) datant de 1649.
1649 – Détail de la carte nautique portugaise de la mer des Indes entre le Cap de Bonne Espérance et le Cap Comorin. Ici Taïwan porte les noms de Ilha Formosa et de Lequeo piqueno. Portulan accessible sur gallica.bnf.fr.

En observant la carte ci-dessus, nous remarquons que les estuaires à l’Ouest comme à l’Est sont très marqués et qu’ils s’enfoncent de manière indéfinie dans le cœur de l’île. Notre hypothèse est la suivante : le traçage des côtes de Taïwan s’effectue graduellement. Au départ, les estuaires sont confondus avec des séparations de bras de mer entre les îles, les fameuses « cinq îles » .

livresquejaime.fr
livresquejaime.fr
Formose s’affine : une carte nautique de 1700

Il est important d’avoir en tête que les eaux et courants autour de Formose sont dangereux et que l’approche de l’île et son exploration demande un temps long eu égard aux navires et aux techniques de l’époque.

Peu à peu les cartes s’améliorent et les contours de l’île s’affinent comme sur le portulan suivant datant de 1700, c’est-à-dire contemporain à George PSALMANAZAR qui préfère choisir une carte plus ancienne qui colle à son récit.

Carte de Formose ( Taïwan) datant de 1700.
1700 – Détail de la carte de l’océan Indien du cap de Bonne Espérance aux îles du Japon où l’on distingue Formose. Carte accessible sur gallica.bnf.fr.

Sur la carte de Formose ci-dessus, nous nous apercevons qu’il ne reste plus qu’un estuaire très prononcé qui doit correspondre à la zone où les Hollandais établissent Fort Zelandia. Notons tout de même à la décharge des cartographes anciens que la morphologie de cette île change au cours des siècles. L’îlot, ce banc de sable de Fort Zélande, qui se rattache géologiquement au cours du temps à l’île principale en est un bon exemple.

A suivre…

Patrick LE CHEVOIR


Droits d’auteur : tous droits réservés.

Publié par LE Xiao Long - Patrick Le Chevoir - 樂小龍

Rédacteur de livresquejaime.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :